Géographie physique

Le Maroc se caractérise par une grande diversité de paysages. L’explication à cela est, à l’instar de ce que l’on peut observer en Algérie également, la présence de la chaîne de l’Atlas qui joue un rôle de barrière et de filtre climatique. Le Maroc compte deux massifs montagneux : l’Atlas, subdivisé en Moyen-Atlas au nord, Haut-Atlas au centre et Anti-Atlas au sud, et le Rif (Rif occidentale et oriental), massif montagneux faisant partie du système des Cordillères Bétiques et situé face à la Méditerranée, avec un climat européen. Le point culminant du Maroc (et d’Afrique du Nord) est le Djbel Toubkal qui culmine à 4 167 m. Quant au Rif, il culmine à 2 450 m avec le Djebel Tidirhine.

Entre l’Océan Atlantique et l’Atlas, une constellation de plaines à la fertilité relativement élevée constitue ce que l’on désigne parfois sous le nom de « Maroc utile ». Les plaines marocaines sont de deux types : les plaines littorales d’une part, et les plaines intérieures d’autre part. Les plaines littorales sont Zaër (région de Rabat – Rommani),le Gharb (région de Kénitra), la Chaouïa (région de Casablanca), la Doukkala (El Jadida et Safi) et le Souss (hybride). Les plaines intérieures quant à elles profitent des barrières climatiques que constituent l’Atlas et le Rif et qui régulent quelque peu la pluviosité du fait de son climat européen. Ces plaines sont au nombre de trois : le Haouz (région de Marrakech), la Tadla (région de Beni Mellal) et le Saïss (région de Meknès et de Fès) se prolongeant via la trouée de Taza à travers la vallée de l’oued Inaouen.

Carte géographique Maroc

Au sud et à l’est de la chaîne de l’Atlas, l’omniprésence du désert et la pauvreté de la terre ne permettent qu’une occupation humaine clairsemée. À l’est, la population s’organise plus volontiers autour d’oueds (cours d’eau partiellement et périodiquement asséchés) comme le Drâa et le Ziz tandis qu’au sud ou même dans l’extrême-orient marocain, les oasis sont véritablement de type sahariennes (Guelmim, Smara, Figuig…).