Description

La cuisine marocaine a subi de multiples influences : berbère, arabo-andalouse et juive. On note également une influence des cuisines d’Afrique subsaharienne et d’Asie (notamment l’Inde avec sa cuisine très épicée).

La cuisine marocaine offre une grande diversité de plats : couscous, tajines, pastilla, méchoui, briouats (petits feuilletés triangulaires fourrés à la viande ou au poisson). Il existe, par ailleurs, d’autres plats typiquement marocains : le tajine mrouzia, la tangia marrakchie (de la région de Marrakech), la harira (soupe pour la rupture du jeûne au ramadan), le baddaz, la tagoula (bouillie de farine d’orge), la seffa, la salade marocaine ou encore la salade d’orange parfumée à la cannelle. Les ingrédients utilisés sont principalement les légumes, les lentilles, les haricots blancs, les fèves (notamment pour la préparation de la bessara), mais également les poissons (surtout la sardine qui est très populaire).

Outre tous ces plats, les marocains petit-déjeunent avec le msemmen, la rziza, la harcha, le meloui (plus flexible et moins compact que le msemmen) ou le baghrir accompagné de miel, de beurre ou encore de fromage frais (jben).

Quant au pain au Maroc, il est rond, épais et très différent d’une ville à l’autre, tant par sa préparation (les mkhemrats à base de tahin sont préparées différemment du pain traditionnel) que par ses ingrédients (l’orge ou la farine de maïs peuvent également entrer dans sa composition).

Pour chaque recette, il existe plusieurs variantes et appellations suivant les régions. Pour le thé par exemple, chaque région a sa manière de le préparer : il est plus sucré au nord du pays et plus parfumé au sud (où on y rajoute du safran).

 

 

 

Condiments et épices

Les épices jouent un rôle prépondérant dans la cuisine marocaine. Le safran, l’aneth, le clou de girofle, la coriandre, le gingembre, le paprika, le cumin, le poivre, le curcuma sont très utilisés tout comme le curry, l’ail ou les graines de nigelle.

L’oignon est très utilisé surtout dans la préparation des tajines. Les aromates (comme le persil, le romarin, l’origan, le fenouil, le thym, l’anis, les feuilles de laurier et le basilic) sont également utilisés en abondance pour rehausser le goût des mets et pour les parfumer.

 

 

Pâtisserie marocaine

La cuisine marocaine est riche en pâtisseries préparées souvent à base d’amandes et de miel. Les pâtisseries sont servies lors des cérémonies comme les mariages, les circoncisions, mais également le ramadan ou encore lorsque l’on reçoit des invités.

La cuisine marocaine reflète l’histoire du pays et les différentes populations qui s’y sont installées. Le tajine et la harira viennent des Berbères, ceux-ci ont apporté les dattes, le lait, les céréales, le pain, l’huile d’olive, les amandes, les fruits et les herbes. Les Arabes ont apporté les épices, sans oublier les Britanniques qui, au XVIIIe siècle, ont importé le fameux thé. Mais les deux grandes influences qu’a connues la cuisine marocaine restent en fait l’influence arabe et andalouse. Arabe en ce qui concerne les M’qalla, M’hammar et M’Aammar, et andalouse pour ce qui est M’jammar et pour tout le reste. Le kefta et le baklawa sont d’origine ottomane, bien que le Maroc n’ait pas été conquis par les Turcs, il a été réceptif à certaines de leurs influences, par exemple dans le domaine culinaire.

Au Maroc, la cuisine est exclusivement le domaine des femmes, excepté pour la préparation du méchoui, des brochettes et de la tanjia, préparés essentiellement par des hommes. Les femmes reproduisent les gestes de leurs mères et de leurs grands-mères. Elles ignorent généralement les livres de recettes et les dosages précis. Aussi, si la cuisine marocaine est simple, ses variantes sont infinies.

Le premier rituel du repas est de se laver les mains, puis on prononce Bismillah ! (« Au nom de Dieu ») en se mettant à table. Le pain, rond et plat, sert de fourchette, car les plats sont dégustés traditionnellement avec le pouce, l’index et le majeur de la main droite (dans les pays musulmans, la main gauche est réservée aux gestes impurs).